Cinéma

«La solitude est précieuse»

ABBAS KIAROSTAMI Exilé et un brin désabusé, l’Iranien déclare préférer aujourd’hui la photographie. «Like Someone in Love» n’en est pas moins l’œuvre d’un cinéaste en pleine maîtrise de son art. Rencontre.
Photos. Dans Like Someone in Love d’Abbas Kiarostami (médaillon) PRAESENS FILM

Mardi soir, il y avait foule au Capitole à Lausanne. Chemise et lunettes noires, Abbas Kiarostami est venu tout droit de Téhéran pour présenter Like Someone in Love, son deuxième film tourné à l’étranger – au Japon, après Copie conforme (2010) en Italie. Face aux difficultés rencontrées chez lui, l’Iranien poursuit son œuvre cinématographique en exil. Ce nouveau long métrage, habité par une épure narrative et une poésie toutes nippones,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion