Musique

A Sion, les sortilèges d’Alcina enchantent la Ferme-Asile

OPERA • Le chef d’œuvre baroque de Händel déploie ses fastes lyriques dans une scénographie insolite de Julie Beauvais, passionnément animée par de jeunes talents en formation dans les Hautes écoles de musique suisses.
La troupe de survivants s’affronte sur fond d’envolées étincelantes et d’éclats de fureur. N. FRACZKOWSKI

Soleil éclaté, hérissé de lambeaux de voiles déchirées, tente apocalyptique hissée sur un réservoir d’eau noire sillonnée de planches instables et de nuées improbables: le grand plateau de la Ferme-Asile à Sion évoque audacieusement les fantasmagories de l’île enchantée d’Alcina. Tiré de l’Orlando furioso, un des volets d’une grande épopée poétique du poète italien Ludovico Ariosto, le livret choisi par Georg Friedrich Händel pour déployer son incomparable génie mélodique et

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion