Revers des nouvelles croisades de l’Occident

CAMBODGE Le conflit entre l’ONU et Phnom Penh sur le tribunal des Khmers rouges illustre les limites d’une justice internationale où la vérité est trop facilement du côté du puissant. Revers des nouvelles croisades de l’Occident  
Des lycéens assistent au procès de Douch. Le cinéaste Rithy Panh s’oppose à la poursuite des dépenses engendrées par de tels procès. «Il vaudrait mieux investir dans la documentation afin de permettre aux Cambodgiens de connaître leur histoire récente.» CVN

En démissionnant avec fracas du tribunal des Khmers rouges, le juge genevois Laurent Kasper-Ansermet (Le Courrier du 20 mars) souligne une fois de plus le fossé d’incompréhension entre l’ONU et le pouvoir cambodgien, les deux parrains de ce tribunal ad hoc. Le nœud du conflit: l’ouverture ou non de nouvelles enquêtes sur cinq cadres (dossiers 3 et 4) du régime déchu de Pol Pot qui a fait près de 1,7 million

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion