Musique

Rythmes révolutionnaires malgré eux

Retour sur les révoltes de 2011, portées par de nouveaux sons comme le Grime.
Le rappeur Lethal Bizzle estime qu'il a plus d'influence sur les jeunes anglais que le premier ministre David Cameron. DR

La musique annonce puis accompagne souvent les révolutions par des chants engagés, écrits par des artistes visionnaires. On a pu le voir cette année encore lors des révolutions arabes, avec le rappeur tunisien El General, le chanteur égyptien Ramy Essam, l’humoriste yéménite Adrei, le chanteur algérien Amazigh Kateb, le rappeur marocain emprisonné Lhaqed, ou le compositeur syrien Ibrahim Qachouch, assassiné en juillet dernier. Le plus étonnant est que la musique

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion