Cinéma

Steven Soderbergh court à la catastrophe

CINEMA • Film choral autour d’une épidémie mondialisée, «Contagion» s’avère inconsistant.
WARNER BROS.

Aéroport de Chicago, une femme d’affaires de retour de Macao (Gwyneth Paltrow) tremble de fièvre. Au même moment dans les rues de Hong Kong, deux hommes s’écroulent sans crier gare. C’est le début de la Contagion. Et quel début! En quelques scènes presque muettes, Steven Soderbergh propage le virus avec la sobriété et la construction en toile d’araignée qui avait fait miracle dans Traffic (2000). Mais la comparaison s’arrête ici.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion