Cinéma

Le sublime éclat de la violence

NICHOLAS RAY La Cinémathèque suisse propose en octobre une rétrospective dédiée au réalisateur de «Johnny Guitare». L’occasion de (re)découvrir l’œuvre de l’un des plus grands poètes maudits du septième art.
Le génial et méconnu «La Maison dans l’ombre» de Nicholas Ray CINÉMATHÈQUE SUISSE

«Si le cinéma n’existait plus, Nicholas Ray lui seul, donne l’impression de pouvoir le réinventer», écrivait Jean-Luc Godard en 1957. Depuis la projection de ses premiers films en Europe, le nom de Nicholas Ray (1911-1979) a été entouré d’une aura particulière. Celle d’un poète lyrique du cinéma, d’un artiste tout à la fois maudit et hollywoodien, dont la carrière fut brutalement interrompue. L’essentiel de ses 21 films, projetés à la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion