Actualité

Lampedusa, ligne de front de la guerre contre l’immigration

ITALIE Partis de Tunisie et de Libye, des centaines de migrants et de réfugiés de guerre continuent d’atteindre chaque semaine Lampedusa. Mais, depuis début avril, l’île est sous occupation policière et vit au rythme des convois, des transferts de masse et des expulsions. Une ambiance qui fait froid dans le dos. ITALIE • Partis de Tunisie et de Libye, des centaines de migrants et de réfugiés de guerre continuent d’atteindre chaque semaine Lampedusa. Mais, depuis début avril, l’île est sous occupation policière et vit au rythme des convois, des transferts de masse et des expulsions. Une ambiance qui fait froid dans le dos.
Mardi 12 avril. Un groupe de réfugiés attend d’être fouillé avant d’être embarqué sur un ferry. Destination Catane Jean-Patrick Di Silvestro

Une île en état de siège. Une réalité en complet décalage avec la tranquillité apparente et la nature splendide du lieu: plateau calcaire semi-désertique, falaises au nord et criques aux eaux turquoise au sud. Depuis la première visite de Silvio Berlusconi, fin mars, Lampedusa a changé de visage. Dans les rues de ce bout d’Italie aux portes de l’Afrique du Nord, les forces de l’ordre ont remplacé les milliers de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion