Neuchâtel

«Un revenu minimal? un mirage»

NEUCHÂTEL – La commission législative du Grand Conseil juge trop compliquée l'introduction d'un salaire minimal dans la Constitution. Elle veut en débattre publiquement

Le Conseil d'Etat neuchâtelois et la commission législative du parlement cantonal s'opposent finalement à l'introduction d'un salaire minimal dans le canton. Leur opposition à cette mesure sociale, demandée par la gauche plurielle et la députée de Solidarités Marianne Ebel en 2008, n'est cependant pas liée aux principes de l'économie ultralibérale. Elle souligne plutôt le fait que les plus bas revenus risquent d'être beaucoup plus précarisés. Marianne Ebel a au moins

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion