Cinéma

«Il faut prendre plus de risques»

Après les succès de Je m’appelle Eugen et Grounding, le Saint-Gallois Michael Steiner récidive avec Sennentuntschi, thriller fantastico-horrifique aussi inconfortable que réjouissant. Rencontre.
Inquiétante, sauvage et sensuelle, Roxane Mesquida est parfaite dans Sennentuntschi, premier vrai film d’épouvante helvète signé Michael Steiner. WALT DISNEY
Cinéma suisse

En 1975, alors qu’on enterre un sacristain qui s’est pendu, un petit village alpin voit débarquer de nulle part une jeune fille en haillons, muette et désorientée. Un peu plus haut sur la montagne, trois bergers ivres d’absinthe fabriquent, pour satisfaire leurs instincts, une poupée qu’un sortilège diabolique – croient-ils – transforme en femme de chair et de sang… A partir de ces deux fils narratifs, le Saint-Gallois Michael Steiner

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion