Actualité

L’OMS ferme les yeux et ne parvient plus à rassurer

GENÈVE – Subordonnée à l'AIEA, l'OMS détourne le regard d'une centrale pourtant réputée pour sa dangerosité.

Mise sur la sellette hier après la nouvelle explosion à la centrale de Fukushima, la docteure Maria Meira n'a guère rassuré son auditoire. Aux journalistes présents au Palais des Nations, la cheffe du département de l'environnement et de la santé à l'OMS a admis que la version de lundi, arguant «risques minimes pour la santé publique», était caduque. Mais elle a aussi avoué que l'OMS n'a aucun expert sur le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion