Actualité

Catastrophe climatique: le capitalisme sur le banc des accusés

APRÈS-COPENHAGUE – En Bolivie, la Conférence des peuples sur le climat s’est essentiellement penchée sur les causes du changement climatique et a abouti à un ensemble de propositions.

La Conférence mondiale des peuples sur le changement climatique et les droits de la Terre Mère est terminée. Mais les luttes des peuples indigènes, des organisations sociales, des gouvernements présents et des mouvements écologistes pour la défense de la planète ne s’arrêteront pas là. Durant ces quatre journées bien chargées, de nombreux liens se sont tissés. Un bouillonnement d’idées, de propositions, d’analyses et de solidarités a jailli de cette rencontre

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion