Cinéma

La violence pour seule religion

CINÉMA Dans «Ajami», juifs, musulmans et chrétiens de Jaffa cohabitent dans la plus parfaite intolérance. A en croire les réalisateurs Yaron Shani et Scandar Copti, ce n'est pas près de changer.
«Ajami» a de troublants accents de cinéma-vérité. TRIGON-FILM

Depuis quelques années déjà, le cinéma israélien déborde de vitalité. Les titres fluent et refluent: Mon Trésor, Les Citronniers, Valse avec Bachir, Beaufort… pour ne citer qu'eux. Et tous, de près ou de loin, se frottent au conflit israélo-palestinien. Qu'il s'agisse de survivre au jour le jour, de sauver un lopin de terre, de revivre l'horreur ou de résister au service à la patrie, le premier ou l'arrière-plan reste le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion