Le refus d’une participation à l’opération Atalante est un moindre mal

POLITIQUE – La conseillère aux Etats Liliane Maury Pasquier souhaite donner une explication claire de la récente prise de position du Conseil national au sujet de l’opération Atalante en Somalie.

Le récent refus du Conseil national de participer à l’opération Atalante a été largement interprété comme un signe de frilosité de la Suisse sur la scène internationale et comme un cas d’école de l’incapacité de notre pays à s’engager de façon crédible dans un cadre multilatéral. Je voudrais ici expliquer pourquoi et comment – sans être des «pacifistes confus», comme le prétend Jean Ziegler – il était tout à fait

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion