Neuchâtel

«La loi est davantage appliquée à Neuchâtel que dans d’autres cantons»

VIOLENCE – La loi cantonale permet d’éloigner facilement les maris violents. Elle n’est pas encore appliquée pour Valérie Garbani. Explications.

Ce ne serait pas la première fois. Bien avant sa réélection en avril, la conseillère communale neuchâteloise Valérie Garbani se disait victime de violences conjugales. Neuchâtel est pourtant un canton précurseur dans la lutte contre ces dernières. Une loi, datant de juin 2004, prévoit la poursuite d’office des actes de violences conjugales ainsi que l’expulsion de l’agresseur du domicile. Comment interpréter la visible léthargie de la justice dans le cas

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion