Scène

Karine Grasset, la danse pour s’émanciper

La directrice de l’Usine à Gaz de Nyon ­traverse les contraintes avec détermination. Et fait souffler un vent de liberté sur la seconde partie de sa première saison.
Karine Grasset, la danse pour s’émanciper
«C’est en rentrant de ma première journée de création que j’ai su que j’étais à ma place. Alignée avec moi-même.» SIGFREDO HARO
Scène

Ses mains dansent en disant et disent encore plus en dansant. Voletant comme deux oiseaux, elles piquent un mot ici, un autre là. Soulèvent une phrase oubliée, tirent sur une anecdote enfouie. Ancienne danseuse, Karine Grasset n’interprète plus avec son corps, mais ne peut empêcher ses mains, et parfois son rire, de rythmer la conversation comme si elle dessinait la chorégraphie de sa pensée. «La danse a été le chemin

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion