Livres

Contestation en langues

Alliant rébellion, humour et intrigue amoureuse en un cocktail électrique, Teodoro Gilabert insère Babel 242 dans l’esprit d’Anonymous et du théâtre de l’absurde.
Contestation en langues
Roman

Semer le désordre plutôt que la terreur, tel est l’objectif d’un employé de l’Unesco à Paris. Dans Babel 242, Teodoro Gilabert met en lumière un activiste autant politique qu’artistique. Parce que son emploi de traducteur l’ennuie, l’homme se sert à sa façon de l’option Google de traduction automatique. Il la détourne, y réalise des versions de Baudelaire (L’Invitation au voyage) ou Ionesco (La Cantatrice chauve) inattendues car nées d’allers-retours entre plusieurs

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion