Livres

La tentation de l’ours

Sommeil d’ours, le dernier roman d’Alain Galan, voit le narrateur se laisser prendre dans les filets magiques d’un plantigrade trépassé.
La tentation de l’ours
Roman

«Je m’oursifie», a écrit en 1869 le romancier Gustave Flaubert à son confrère Ernest Feydeau. Ce néologisme sied bien à Sommeil d’ours, le dernier roman d’Alain Galan. Quelque part dans la province française, le narrateur trouve une peau d’ours dans une benne à ordures au lendemain d’un marché aux puces. Sans tête, sans griffes, ce reste de plantigrade émeut le protagoniste. Il adopte la peau élimée presque comme il l’aurait

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion