Vaud

«Justice de classe» dénoncée à Clendy-Dessous

La justice demande au collectif d’évacuer les lieux qu’il occupe depuis le 16 octobre à Yverdon.
«Justice de classe» dénoncée à Clendy-Dessous
Pour le collectif, ni l’urgence, «tant que le projet ne démarre pas», ni la dangerosité «pour le quartier auquel nous amenons de la vie depuis trois semaines» ne sauraient légitimer un départ. KEYSTONE
Yverdon

Mercredi, le «Quartier libre de Clendy-Dessous» a dénoncé, dans un communiqué, une «justice de classe». Les militant·es relatent avoir été notifié·es mardi d’une ordonnance du Tribunal d’arrondissement de la Broye et du Nord vaudois du 20 octobre. Désormais donc exécutoire, celle-ci ordonne, par voie de mesures superprovisionnelles, au collectif d’évacuer les lieux qu’il occupe depuis le 16 octobre à Yverdon-Les-Bains. Sous peine d’une amende d’ordre pour «insoumission à une décision

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion