Changer de genre, une contagion sociale?

La semaine dernière à Genève, une mystérieuse affiche apparaissait à la rue du Stand renvoyant aux «ROGD». Cet acronyme désigne les «dysphories de genre à apparition rapide». Ce concept a été thématisé dans la revue Plos One par Lisa Littman qui y introduit l’idée d’une «rapid onset gender dysphoria» (ROGD) influencée par les pairs et les réseaux sociaux. Selon elle, ce type de dysphorie de genre pourrait être un «mécanisme

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion