International

L’angoisse des femmes de Kandahar

Fuyant la présence des talibans, les femmes ont quasiment déserté les rues de Kandahar. Malgré les menaces et la pression, certaines continuent de se rendre au travail ou à l’école.
L’angoisse des femmes de Kandahar
Kandahar, le 2 octobre 2021.«Dans la rue, les talibans ne nous disent rien, mais on voit qu’ils nous regardent de travers», témoigne une directrice d’école. KEYSTONE ARCHIVES
Afghanistan

Afghanistan X A Kandahar, berceau des talibans, les femmes ont quasiment déserté les rues depuis le retour au pouvoir des fondamentalistes à la mi-août. Sauf Fereshteh, Fauzia et d’autres, qui défient l’angoisse pour continuer à travailler ou étudier. Fereshteh et Zohra ont à peu près le même âge, 23 et 24 ans, et la même peur ces jours-ci: qu’un taliban surgisse face à elles dans la rue et les défigure en leur jetant

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion