Arts plastiques

Le temps de l’action

Dans une ambitieuse exposition chorale, le MEG pointe les solutions ­autochtones pour affronter la crise climatique et ses injustices.
le temps de l’action
Dessin huikime de l’artiste sami Máret Ánne Sara (2012). MARET ANNE SARAH
MEG

«Lorsque les peuples autochtones maîtrisent leur territoire, l’environnement est mieux protégé», formule Carine Ayélé Durand. Le postulat de la conservatrice en chef du MEG, Musée d’ethnographie de Genève, est à la base d’«Injustice environnementale – Alternatives autochtones». A découvrir jusqu’au 21 août prochain, l’audacieuse proposition aborde les préjudices de la crise climatique à partir des ­regards, avis et conseils des populations autochtones d’Alaska, Australie, Bangladesh, Amazonie, Micronésie, Maroc, Norvège, etc.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion