Suisse

La Suisse peut mieux faire sur les violences contre les enfants

La Suisse a admis à l’ONU pouvoir «faire davantage» sur les violences contre les enfants et leur droit de participation à la société. De leur côté, les experts onusiens sont inquiets des effets de la nouvelle loi antiterroriste sur les enfants.
La Suisse peut mieux faire sur les violences contre les enfants
Des enfants regardent une mappemonde avec des photos d'enfants illustrant leurs droits, à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'enfant 2019 et du 30ème anniversaire de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant. Un enfant sur cinq est confronté à de la violence physique ou morale grave en Suisse, relève une experte onusienne. KEYSTONE
Droits humains

«On pourrait faire davantage» pour empêcher les violences contre les enfants, a estimé devant le Comité des droits de l’enfant le chef de la délégation suisse, l’ambassadeur Stefan Cueni, en charge des affaires internationales à l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS). Des discriminations ont notamment été identifiées contre certains groupes d’enfants, a affirmé de son côté l’une des membres du Comité. Elle dénonce notamment l’absence d’une interdiction formelle de violences

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion