Religions

Au jeu du complot, le diable l’emporte

Eurovision, pop music, sportswear: le diable et sa figure n’ont pas fini de surgir. Stratégie marketing ou véritable croyance? Existe-t-il encore de réels courants sataniques?
Au jeu du complot, le diable l’emporte
Pour l’historien des religions Jacky Cordonnier, les véritables cultes organisés autour de Satan ne sont plus vraiment d’actualité. CC-BY
Anges et démons

«Le satanisme est une explication commode pour nombre de complots», lâche Youri Volokhine maître d’enseignement et de recherche en histoire et anthropologie des religions à l’université de Genève. Selon le chercheur, «le diable, vecteur du Mal, reste encore la figure la plus terrifiante et inacceptable pour les sociétés judéo-chrétiennes». Dès lors, faut-il voir une logique dans l’entêtement des complotistes à voir la queue du diable traîner dès que passent les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion