On nous écrit

Abdiquer l’esprit critique

Philippe Morier-Genoud réagit à l’éditorial du 30 juin sur les insuffisances de la communication en faveur de la vaccintion.
Vaccination 

Dans son édito du 30 juin traitant de l’insuffisance de la com’ pour emmener les gens à la vaccination, Rachad Armanios semble promener ses peurs à la fête du slip.

Faut-il lui pardonner son désir de restaurer rapidement le petit confort d’avant, au détriment des pauvres du monde et des générations futures, de continuer de faire comme si le Covid n’était qu’un mauvais rêve, de trouver normal que le citoyen abdique la responsabilité de sa santé, comme on abdique l’esprit critique ?

Le Courrier s’abaisse à culpabiliser les minorités qui refusent le vaccin, mais pas un mot sur les limites d’efficacité des différentes techniques vaccinales et des inconnues qui planent sur les résultats…

Pas un mot non plus sur le mégabusiness qui accompagne cette crise et du poids qu’il pèse sur les choix politiques ni sur la déresponsabilisation des citoyens qui fait enfler les primes d’assurance maladie.

A quand une enquête originale du Courrier:

– sur l’immunité acquise par guérison du Covid19;

– sur les motivations politiques à ne pas inclure l’immunité par guérison dans l’analyse de progression de l’immunité collective;

– sur les motivations à ne pas donner de passeport vaccinal aux immunisés par guérison;

– sur l’absence de test d’immunité et leur non-reconnaissance pour les guéris du Covid?

A quand des graphiques de surmortalité due au Covid en pourcent de la population plutôt qu’en valeur absolue, dans une population qui a triplé depuis la grippe espagnole?

A quand une enquête sur la manière de prendre en compte la surmortalité après l’administration du vaccin?

Le sujet de Bill Gates qui promeut une agriculture high tech en Afrique aurait avantageusement pris la place de cet édito bien dans les lignes.

Philippe Morier-Genoud,
Biologiste

Opinions On nous écrit Votre lettre Vaccination 

Connexion