Vaud

Violences: «Nous sommes en faveur d’un suivi»

Pour Christian Anglada, si l’entretien est nécessaire lorsqu’une personne est expulsée de chez elle pour violence, contraindre à suivre un programme de longue durée serait encore plus bénéfique.
Violences: «Nous sommes en faveur d’un suivi»
D’après le rapport cantonal, la mesure Qui frappe part! consistant à éloigner l’auteur·e des violences du domicile fonctionne. KEYSTONE
Violences

La moitié des cas de violences signalées dans le canton concernent la violence domestique, selon un rapport cantonal publié en mai dernier. Autre constat: la mesure Qui frappe part! qui consiste à éloigner l’auteur·e des violences du domicile fonctionne. L’une des mesures phares qui accompagne cette expulsion est d’obliger les auteur·es de violences à suivre un entretien socio-éducatif auprès du Centre prévention de l’Ale, qui propose un service pour personnes

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion