Scène

Marthe Krummenacher «occupe»le Pavillon de la danse

La danseuse genevoise invite musicien·nes et danseur·euses à explorer le son et le mouvement ­ensemble, dans des temps d’impro féconds. Décharges d’adrénaline ­assurées.
Marthe Krummenacher  «occupe» le Pavillon de la danse
La danseuse Marthe Krummenacher. Nick Krummenacher
Reportage

Pour Marthe Krummenacher, «il n’y a rien de mieux que la vibration live pour danser. On danse en musique en démarrant notre apprentissage.» Avoir un être humain face à soi, en l’occurrence un·e musicien·ne plutôt qu’une bande enregistrée, est une évidence. Voilà pourquoi la danseuse genevoise convie ses 16 guests pour la seconde fois, après Ceci est une rencontre il y a deux ans à la Salle des Eaux-Vives. L’Association

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion