Musique

Johan Smith, double jeu

Invité du festival Guitares en Cévennes, le ­Genevois est au sommet de son art, qu’il déploie avec évidence du raffinement ­classique au metal extrême.
Johan Smith, double jeu
Né en 1990 à Genève, ce virtuose aux deux visages est un bosseur qui ne s’en donne pas l’air, un interprète en quête de simplicité. TOMAS VIMERCATI
Portrait

C’était sa première fois aux Etats-Unis. Les meilleur·es guitaristes de la planète s’étaient donné rendez-vous là, sous le soleil floridien, pour se départager en ardentes joueries. «J’y suis allé sans trop prendre la chose au sérieux, totalement détendu. Je me suis dit que si je n’atteignais pas la finale, je pourrais au moins profiter de la plage!» Johan Smith n’aura pas vu la mer. C’est en lauréat 2019 de la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion