Solidarité

Pour ne jamais oublier

L’Argentine voudrait que l’ESMA devienne Patrimoine de l’humanité. Entre 1976 et 1983, la dictature a fait disparaître 30’000 opposant·es, dont 5000 sont passé·es par cette prison clandestine.
Pour ne jamais oublier
Le musée de l’ESMA témoigne d’un énorme travail de mémoire, de vérité, de justice et de réparation, profondément ancré dans la société argentine. Musée du site de la mémoire de l’ESMA
Argentine

A Buenos Aires, l’ESMA – l’Ecole de mécanique de la marine – est un ancien centre clandestin de détention, de torture et d’extermination, aujourd’hui musée et site de mémoire. Il s’agit de l’un des six cents centres de détention et de répression qui ont fonctionné pendant la dernière dictature (1976-1983). L’Argentine accélère les procédures pour que ce musée, inauguré en 2015, soit déclaré Patrimoine mondial de l’UNESCO. Les auteur·es de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion