Les correcteurs de l’inclusivité

Le langage inclusif est encore peu stabilisé. En matière de ponctuation, les points médians semblent aujourd’hui s’imposer face aux tirets supplantant eux-mêmes les parenthèses. Une seule Grammaire du français inclusif (2018), du linguiste Alpheratz, existe à ce jour. La correction des textes, qui précède leur mise en page et se fait dans une certaine urgence, n’en est pas simplifiée: «Il n’est pas facile d’intégrer de nouvelles règles après dix-huit ans

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion