Livres

Désespérance norvégienne

Cette chronique littéraire a été écrite par un étudiant en Lettres de l’université de Genève, dans le cadre de l’atelier d’écriture animé par Eléonore Anna Devevey.
Désespérance norvégienne
Roman

Le récit de la vie navrante d’un bibliothécaire norvégien sans envie ni éclat, doté d’un titre plus proche de la marque de notre ascenseur que d’un livre de notre bibliothèque: avec T. Singer, Dag Solstad sait véritablement émoustiller son lecteur. Ce roman est un câble mécanique ininterrompu auquel le personnage éponyme et son maigre entourage semblent suspendus. On trouve, à tous les étages un drame, une insistance acharnée sur des détails

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion