Suisse

Pékin s’attire les foudres des parlementaires

A Berne, des élus fédéraux de tous bords dénoncent la surveillance, en Suisse, de Tibétains et de Ouïgours.
Pékin s’attire les foudres des parlementaires
Sous la Coupole, Christine Bulliard-Marbach (à dr.) s’interroge sur les moyens d’action. KEYSTONE
Suisse-Chine

Personne n’est content, pourrait-on résumer. Des parlementaires de tous bords condamnent les agissements de la Chine, qui n’hésite pas à surveiller et intimider en Suisse même des Tibétains et Ouïgours opposés au régime communiste (lire notre édition du 6 avril). Unis dans la réaction, les élus contactés divergent en revanche au moment d’évoquer un possible durcissement de la politique à l’égard de Pékin. Sur le fond, tous s’accordent. La loi

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion