Religions

Affaire Barbarin: «En finir avec l’omerta»

Des victimes de l’ancien prêtre Bernard Preynat font appel contre la relaxe du Cardinal Barbarin pour non-dénonciation d’agressions sexuelles. Pour leurs avocats, «continuer à se taire, ce sera alors décider d’être complice».
Affaire Barbarin: «En finir avec l'omerta»
Le cardinal Barbarin a été relaxé en janvier 2020 par la cour d'appel de Lyon. KEYSTONE/ARCHIVES
Abus sexuels

L’obligation de dénoncer des violences sexuelles sur mineurs demeure-t-elle si les faits sont prescrits et les victimes devenues adultes? Saisie dans l’affaire Barbarin, la Cour de cassation s’est emparée mercredi de cette brûlante question, en pleine libération de la parole. La plus haute juridiction de l’ordre judiciaire examinait le pourvoi de huit victimes de l’ancien prêtre Bernard Preynat contre l’arrêt de la cour d’appel de Lyon ayant relaxé en janvier

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion