International

Un traumatisme sans fin

Dix ans après l’accident de la centrale de Fukushima, la radioactivité parasite encore la vie des habitants. Malgré les efforts des autorités pour rassurer, des milliers d’évacués survivent encore dans l’errance.
Un traumatisme sans fin
Au lendemain de la catastrophe, Naoto Matsumura a décidé de rester dans la zone interdite pour prendre soin de son bétail. Sans autorisation, sans masque, sans famille. Seul… KEYSTONE
Japon

Sous le ciel bleu immense, les bâtiments à l’abandon tombent en ruine et la végétation sauvage pousse sans vergogne à Tomioka. Le temps s’est arrêté le 11 mars 2011 dans ce hameau japonais. Ce jour-là, un tsunami consécutif à un séisme entraînait la fusion des réacteurs 1,2 et 3 de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi distante de 9 kilomètres. Aujourd’hui, seule la voix de Naoto Matsumura trouble le silence des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion