International

Le prix élevé de la liberté de la presse

Gotham City, lettre d’information judiciaire, remporte la plupart de ses combats, mais cela coûte cher.
Le prix élevé de la liberté de la presse
L’ancien président angolais José Eduardo dos Santos avec, derrière lui, sa fille Isabelle en 2012. Un des proches de l’ex-homme fort de l’Angola a tenté de faire taire Gotham City, qui révélait ses démêlés judiciaires. KEYSTONE
Médias

Où finit le droit d’informer, où commence le respect de la sphère privée? Pour Gotham City, lettre d’information financière basée à Lausanne, spécialisée dans la publication hebdomadaire sur internet d’articles sur des affaires de criminalité en col blanc, cette question a un prix: celui que lui coûtent les procédures qu’engagent devant les tribunaux des individus qui ne veulent pas que leur nom et leurs propres démêlés judiciaires soient publiés dans

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion