Histoire

La grande utopie de l’amour libre

La révolution sexuelle des sixties a permis à la femme de s’émanciper mais ne l’a pas vraiment libérée.
La grande utopie de l’amour libre
Fleurs dans les cheveux, ces festivaliers hippies parent délicatement de guirlandes la chevelure d’une amie, lors d’une rencontre love-in en 1967, à Woburn Abbey en Angleterre. KEYSTONE
Égalité

«Jouir sans entraves», «Mon corps est à moi», «Faites l’amour, pas la guerre»… Ces slogans de la fin des années 1960 marquent toute la détermination d’une jeunesse qui veut en finir avec l’ordre ancien. Au carrefour des utopies littéraires et philosophiques, des luttes sociales et politiques, et des avancées scientifiques et médicales – avec en particulier l’arrivée de la pilule contraceptive –, ces jeunes balaient les tabous et les interdits

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Testez-nous
Au mois de juin,
nous vous offrons l'essai web 2 mois
profitez-en!

Connexion