« J’ai misé sur la puissance du récit »

Crédité pour la création, l’adaptation et la réalisation de Cellule de crise, Jacob Berger évoque un projet exigeant qu’il a su s’approprier. Une série où, comme dans ses chroniques au TJ ou dans le long métrage Un Juif pour l’exem­ple (2017), le cinéaste genevois se penche sur «la réalité déconcertante du monde et les déchirements intérieurs de ceux qui y sont plongés». Comment êtes-vous arrivé dans l’aventure? Jacob Berger: Les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Testez-nous
Au mois de juin,
nous vous offrons l'essai web 2 mois
profitez-en!

Connexion