Lecteurs

Pour un partenariat plus démocratique

Blaise Crouzier estime que le projet de la Cité de la musique à Genève, sous la forme d’un partenariat «public-privé» (PPP), exclut la population.
Culture

Le mal nommé partenariat public-privé doit être compris plus précisément comme un contrat entre l’Etat et des entités privées qui se présentent sous diverses formes: fondations, associations, groupements de financeurs. Ces dernières portent un projet et, proposant une mise de fond initiale, recherchent auprès de l’Etat un financement durable, une garantie, un label ainsi qu’un accord ouvrant la voie à des autorisations. La réalisation du projet est confiée à des entreprises privées.

Quant à la gestion du projet réalisé, elle se partage dans la règle entre un financement public de la maintenance et une gestion organisationnelle dans laquelle les initiateurs se réservent contractuellement le contrôle afin d’en graver dans le marbre l’esprit initial.

Pour la Cité de la musique, on voit bien que la fondation et leurs amis s’attribueraient l’organisation et la programmation, c’est-à-dire la jouissance de la salle de concert qui est un instrument luxueux et coûteux pour la collectivité. Ainsi, le loyer de la Haute Ecole de musique et l’entretien du parc seront à charge de la collectivité, comme les probables subventions annuelles. Car c’est bien là le rôle qu’on lui réserverait dans l’aventure, à cette population qui n’aurait ni l’initiative, ni la jouissance, ou si peu, ni la gouvernance du paquebot une fois mis à l’eau.

Pourtant c’est bien l’inverse qui devrait être mis en œuvre: des projets, des initiatives inspirées des aspirations populaires, une Haute Ecole de musique indépendante dans ses murs, des réalisations par des entreprises privées et par des coopératives, une gestion équitablement partagée entre les administrations et les utilisateurs ainsi qu’un financement par l’impôt, progressif bien sûr, ce qui est le meilleurs partenariat public-privé qui soit puisque légitime, honnête et démocratique.

Blaise Crouzier,
architecte retraité, militant syndical

Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Culture

Connexion