Lecteurs

On ne vote pas sur le principe du recyclage

Christina Meissner s’oppose au déclassement d’une parcelle agricole genevoise à des fins industrielles.
Votation

J’ai reçu le 5 novembre une belle brochure sur papier glacé, intitulée «J’aime le recyclage» accompagnée d’une lettre m’incitant à voter «oui au recyclage de proximité».

Mais quelle tromperie! Le 29 novembre le peuple genevois n’est pas appelé à voter pour ou contre le recyclage, mais pour ou contre le déclassement d’une parcelle agricole sur laquelle une entreprise exerce depuis des décennies une activité de recyclage en toute illégalité. Car l’activité de recyclage, à Genève, ça se pratique en zone industrielle. Faute d’avoir réussi à déplacer cette entreprise de recyclage, l’Etat, de guerre lasse ou était-ce pour d’autres motifs (la lettre est signée par l’ancien bras droit de l’ex-conseiller d’Etat qui a proposé ce déclassement…), propose de déclasser le terrain agricole en zone industrielle. C’est sur ce déclassement touchant un coin de campagne magnifique que nous allons voter et pas sur le principe vertueux du recyclage qui se poursuivra à Genève quel que soit le résultat du vote. Coucher sur papier glacé des principes vertueux qui ne correspondent en rien à la réalité, ça ne vous rappelle rien?

Au niveau international comme au niveau local, ce sont les entreprises responsables qu’il faut soutenir, pas les moutons noirs. Oui pour des multinationales responsables et non à la création d’une zone industrielle à Athenaz sur la commune Avusy.

Christina Meissner,
Genève

Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Votation

Connexion