Lecteurs

Rouvrez les bibliothèques!

Depuis le 1er novembre, toutes les institutions culturelles genevoises sont fermées au public par mesure sanitaire. Claude Laplace réclame la réouverture des bibliothèques.
Genève

Je l’avoue, j’ai un vice chevillé au corps et à l’âme: je lis. Couché, assis, debout, le matin, le soir, à midi, en été, en hiver. Des heures par jour et par nuit. Ces voyages immobiles dans le temps et dans l’espace sont une partie intégrante de ma vie. Comme l’air que je respire, le pain et l’eau.

Or donc, à la nouvelle, grappillée sur internet, que les bibliothèques allaient fermer pour un mois, mes cheveux se sont dressés sur la tête. Un mois sans nouveaux livres (je garde ceux que j’achète pour les périodes où je suis hors de Genève), sans BD! C’est possible?

On dépensera ensuite des sommes importantes, avec peu de résultats, pour tenter d’initier les jeunes à la lecture, à la culture, mais on laisse passer cette belle occasion gratuite de les attirer vers autre chose que la fascination de l’écran-roi. J’en suis fâché. C’est un euphémisme.

D’autant qu’il semble facile de réglementer le débit des emprunteurs, donc de réduire le danger de contagion à sa portion congrue, grâce à des rendez-vous, des procédures ou autre distanciation. Plus les plexiglas qui protègent les employés-es. Plus les masques, le lavage des mains, etc.

Revoyons les priorités, et s’il le faut, en aidant autant que faire se peut les professionnels qui sont dans des situations délicates, fermons momentanément les restaurants, les dancings, et même les salles de spectacles, mais s’il vous plaît: rouvrez les bibliothèques le plus vite possible. Avec les procédures ad hoc, mais redonnez ce minimum d’oxygène aux cerveaux des lecteurs. Pour certains, il s’agit bien d’une «mission essentielle», et pour d’autres, l’occasion d’une découverte, peut-être le début d’une passion.

Claude Laplace,
Genève

Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Genève Bibliothèques

Connexion