Genève

Les femmes ne se sentent pas libres partout

Une enquête genevoise a étudié les pratiques des femmes dans les espaces publics.
Les femmes ne se sentent pas libres partout
Rassemblement après l’agression violente contre cinq femmes à la sortie d’une boite de nuit genevoise en août 2018. KEYSTONE/Jean-Christophe Bott
Ville de Genève

Les femmes ne se sentent pas libres partout dans l’espace public. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par l’université de Genève (UNIGE) sur mandat de la Ville de Genève, qui mène depuis 2019 un plan d’action pour lutter contre le sexisme. «Les femmes se sentent en insécurité dans l’espace public en raison du sexisme. Or les lieux de loisirs où elles se sentent en sécurité ne sont financièrement pas

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion