Suisse

La zone frontière crie misère

L’économie du sud du Tessin pâtit du travail à domicile des frontaliers italiens.
La zone frontière crie misère 1
La diminution des passages de frontaliers à la douane de Chiasso met l’économie locale en difficulté. KEYSTONE/ARCHIVES
Télétravail

En ville, les rues sont presque désertes. Le maire de Chiasso, Bruno Arrigoni, se dit «très inquiet»: l’absence des travailleurs frontaliers a un impact considérable sur le commerce local. Ici, l’économie tourne autour des services, indique-t-il. «Plusieurs entreprises, notamment dans les fintechs et les télécommunications, employant essentiellement des frontaliers domiciliés en Italie, se sont installées dans la commune ces dernières années. Certaines comptent plusieurs centaines d’employés.» Entre 5000 et 6000

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion