Société

«Le viol n’est pas un fait divers»

Selon l’institut Décadrée, un article minimisant les violences sexistes paraît tous les trois jours dans les médias romands. Sa directrice nous éclaire.
«Le viol n’est pas un fait divers»
Des femmes marchent contre les violences sexistes et sexuelles le 23 novembre 2019 à Lausanne. KEYSTONE
Égalité

Les médias romands traitent encore trop les violences sexistes comme relevant du fait divers ou de la rubrique people, au lieu d’un phénomène de société ou de santé publique. C’est une des principales observations du rapport «Traitement médiatique des violences sexistes», de l’institut Décadrée. Créé en 2016, l’institut de recherche et de formation et laboratoire d’idées sur l’égalité dans les médias a analysé 1120 articles de onze rédactions dans les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion