Genève

«Fermer les discos a prouvé son efficacité»

Selon les autorités sanitaires genevoises, la situation pandémique est sous contrôle, mais elle pourrait rapidement évoluer en cas de relâchement, mettant le système de soins sous tension.
cet article vous est offert par le courrier
Chaque jour Le Courrier vous offre de nouveaux articles à lire. Abonnez-vous pour soutenir un média indépendant et critique.
«Fermer les discos a prouvé son efficacité»
Mardi, jour de ce point de presse sanitaire, on comptait 49 nouveaux cas et 29 hospitalisations, dont deux en soins intensifs. KEYSTONE-ARCHIVES
Covid-19

«A Genève, la situation est sous contrôle grâce aux mesures prises fin juillet, mais la circulation du Covid est très élevée», a déclaré le directeur général de la santé, Adrien Bron. Mardi, jour de ce point de presse sanitaire, on comptait 49 nouveaux cas et 29 hospitalisations, dont deux en soins intensifs. «Les hospitalisations ont presque doublé en une semaine.» Ces derniers jours, cinq nouveaux décès ont été déplorés dans des EMS.

«Maîtriser la pandémie nécessite de gros efforts et de maintenir la vigilance, ajoute le haut fonctionnaire. Car la situation peut toujours rapidement évoluer en mettant le système de soins sous tension comme dans d’autres pays.» Genève teste beaucoup mais souhaite le faire encore davantage. Dans les semaines à venir, un nouveau centre de tests sera ouvert sur la rive droite, a annoncé Frédérique Jacquérioz, du département de médecine de premier recours aux HUG. «Il faut se faire tester même en cas de légers symptômes comme une gorge qui râpe un peu ou un petit rhume», rappelle la médecin.

Les 20-49 ans de plus en plus infectés

Elle se félicite que les mesures prises en juillet, comme la fermeture des discothèques ou le port du masque dans les commerces, permettent de contrôler la situation. Avec un taux d’infection inférieur à 1,1, l’augmentation des cas est linéaire mais «pas exponentielle», précise-t-elle. Fin juillet, quand sont entrées en vigueur les mesures, le nombre de cas a chuté de 22% pour remonter avec le retour des vacances. «La courbe des cas a été aplanie», commente Adrien Bron. Les 20-49 ans, poursuit-il, représentaient 71% des personnes infectées avant les mesures et 63% après la fermeture des discothèques. Preuve, selon les autorités, de l’efficacité de cette contrainte.

Si le nombre (et non la proportion) des 20-49 ans infectés continue d’augmenter, les autorités sanitaires observent une inquiétante évolution de la pyramide des âges, puisque la démographie des cas positifs «vieillit», avec une moyenne à 35 ans. Enfin, la famille est le premier lieu de contamination aujourd’hui.

Régions Genève Rachad Armanios Covid-19

Connexion