BD

Comme en apesanteur à Venise

Pinceaux en main, Manuele Fior, auteur italien primé à Angoulême et Genève, est de retour avec Celestia. Un volume qui flotte entre SF, roman de cape et d’épées et onirisme débridé.
Comme en apesanteur à Venise 1
Objectif: une ville située sur une petite île, construite il y a mille ans dans une lagune et nommée Celestia. ATRABILE
Roman graphique

Dès la couverture de Celestia, Manuele Fior annonce la couleur pour sa quatrième œuvre: clairement, c’est bleu. Et à la gouache. Même la tranche de Celestia, un grand format assez épais, est couleur de ciel limpide. Un ciel dans lequel semblent d’ailleurs déambuler les deux personnages représentés sur l’illustration de cette couverture. Attention, il s’agit d’un effet d’optique: ils traversent une vaste flaque qui reflète l’azur et ses nuages. En

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion