Vaud

La facture sociale peut-être en votation

Les Vaudois pourraient voter sur la répartition de la facture sociale.
La facture sociale peut-être en votation
Actuellement, la facture sociale est répartie moitié-moitié entre le canton et les communes. KEYSTONE
Finances

Les députés PLR Josephine Byrne Garelli et Pierre-André Romanens sont prêts à se lancer dans la bataille, «même si tout le monde nous donne perdants», relève ce dernier avec le sourire. Hier à Rolle, ils ont annoncé avoir décidé de tout mettre en œuvre pour que la population vaudoise puisse se prononcer sur une initiative intitulée «Pour une juste répartition de la facture sociale» entre le canton et les communes.

Lundi soir, à Mex, devant 26 participants issus des grands partis du canton et de toutes les régions, les deux élus estiment avoir obtenu le feu vert pour leur projet. Le texte exact de l’initiative reste à préciser: soit une répartition deux tiers/un tiers entre le canton et les communes, soit une reprise totale de la somme par le canton, compensée par une bascule partielle des points d’impôts. Les deux variantes doivent remettre environ 300 millions de francs par année dans le panier des ménages communaux. Une nette majorité se dégagerait pour la deuxième solution.

«Notre initiative n’est pas contre l’action sociale» Josephine Byrne Garelli.

Négociations d’abord

Pour mémoire, la facture sociale, devenue «exponentielle» ces dernières années, est répartie aujourd’hui moitié-moitié, le canton et les communes s’acquittant chacun de plus de 800 millions de francs. Après avoir aidé à l’époque le canton, les communes sont souvent aujourd’hui à bout de souffle financièrement.

«Notre initiative n’est pas contre l’action sociale», a affirmé Josephine Byrne Garelli. «Nous voulons de la clarté et simplifier ce mécanisme actuel un peu infernal. La répartition est réalisée d’une manière que personne ne comprend», a ajouté Pierre-André Romanens.

Les initiants vont attendre de voir ce qui ressort de «crédible» des négociations entre le canton et l’Union des communes vaudoises (UCV) avant de décider de retirer ou non leur texte.

Peu de soutien pour l’heure

Le soutien politique est mince pour l’heure. Outre l’appui officiel de l’Association de communes vaudoises (AdCV), le président de l’UDC Kevin Grangier salue «qu’enfin démarre une démarche pour régler ce problème qui empoisonne les finances publiques».

Le PLR reste «attentif», alors que la présidente de l’UCV, la libérale-radicale Claudine Wyssa, qualifie l’initiative d’«erreur». Les Verts jugent qu’il faut poursuivre les négociations et ne comptent pas soutenir le texte.

Les socialistes dénoncent une volonté de «désolidariser les communes les plus aisées» des besoins des Vaudois. Ils affirment «la nécessité absolue de ressources cantonales fortes», des propos qui plairont sans doute au grand argentier PLR Pascal Broulis.

 

Cet article est paru dans La Liberté.

Régions Vaud Raphaël Besson Finances

Connexion