Vaud

Une «coveillance» de la nuit

Les milieux féministes exigent une tolérance zéro face à la problématique du GHB.
Une «coveillance» de la nuit
Sur les réseaux sociaux, les témoignages de victimes du GHB à Lausanne se sont multipliés. KEYSTONE
Prévention

A Lausanne, la drogue du violeur est au centre des discussions (notre édition du 12 août). Sur les réseaux sociaux, les témoignages de victimes du GHB se sont multipliés. De quoi inquiéter les militantes du collectif de la Grève féministe qui ont distribué la semaine dernière un tract de sensibilisation – réalisé par une personne externe à leur groupe – dans plusieurs bars et clubs du centre-ville. Le texte renseigne

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion