Cinéma

Le triptyque amoureux de Philippe Garrel

Le réalisateur français conte, dans Le Sel des larmes, l’éducation sentimentale d’un personnage égoïste et antipathique dont les mésaventures indiffèrent.
Le triptyque amoureux de Philippe Garrel
Luc (Logann Antuofermo) renoue avec Geneviève (Louise Chevillotte) avant de l’abandonner enceinte. SISTER DISTRIBUTION
Cinéma

Vétéran de la Nouvelle Vague, Philippe Garrel poursuit son œuvre en irréductible franc-tireur. Dans son 28e film, le cinéaste septuagénaire remet sur le métier son éternelle obsession pour le sentiment amoureux et reconduit une méthode bien rodée: récit minimaliste, tournage en pellicule noir-blanc et dans l’ordre chronologique, une seule prise pour chaque plan. Elle confère un charme singulier à ses films, photographiés par Tessinois Renato Berta depuis L’Ombre des femmes (2015).

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion