Société

La bise par vent contraire

Les règles de distanciation sociale ont soulagé celles et ceux qui se sentaient agressés par cette pratique.
La bise par vent contraire
Pour certains chercheurs, «la bise ne va pas totalement disparaître, mais la codification va évoluer». CHARLY RAPPO
Coronavirus

«On se fait la bise?» La réponse à cette question semble évidente pour beaucoup d’individus en temps normal, mais elle l’est devenue largement moins en période de pandémie. «Avec le coronavirus, la parole s’est libérée: beaucoup de personnes détestaient faire la bise auparavant mais n’osaient pas le dire», constate Mathieu Avanzi. Originaire de Haute-Savoie, ce linguiste ayant vécu dix ans à Neuchâtel, installé aujourd’hui à Bruxelles et maître de conférences

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion