Économie

L’affaire Wirecard devient politique

Le ministre des Finances et la chancelière étaient-ils au courant du scandale? Le parlement entre en jeu.
L’affaire Wirecard devient politique
Le 18 juin, un audit financier du cabinet KPMG avait révélé que certains dirigeants de l’entreprise Wirecard avaient frauduleusement gonflé le bilan financier et que la somme de 1,9 milliard d’euros, inscrite comme étant parquée dans deux banques philippines, n’existait tout simplement pas. KEYSTONE/DPA/Peter Kneffel
Allemagne

On pensait avoir cerné la dimension de la vaste escroquerie commise au sein de Wirecard, une société allemande spécialisée dans la gestion de paiements en ligne. Pourtant, les révélations récentes montrent que les malversations sont plus importantes et plus anciennes. De plus, le naufrage inattendu de l’entreprise n’était pas une surprise pour tout le monde, notamment au sein du Gouvernement allemand. Pour mémoire, le 18 juin dernier, un audit financier

 

Cet article est paru dans La Liberté.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion