Solidarité

Peuple chassé au nom de la nature

Le gouvernement kényan a fait évacuer quelque 200 familles du peuple Ogiek de la forêt de Mau, alors qu’une Cour africaine avait statué en leur faveur en 2017. Levée de boucliers dans le pays.
Peuple chassé au nom de la nature
Une femme ogiek et sa famille devant leurs terres indigènes déboisées par l’exploitation illégale. KEYSTONE- ARCHIVES
Kenya

Au petit matin, les gardes du Service des forêts et la police forcent les habitants à sortir de chez eux et incendient leurs maisons. Le 8 juillet, après une trêve de plusieurs années, le gouvernement kényan a décidé sans prévenir de reprendre les évictions du peuple Ogiek et des occupants illégaux qui vivent dans la forêt de Mau, une aire protégée. Depuis le début du mois, environ 400 familles auraient

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion